Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
AERE, Association Environnement Reignier-Esery

Avec malice et esprit positif, nous agissons localement pour l'environnement: Pédibus, AMAP, autoconstruction de fours solaires, boîtes d'échanges de livres et objets, qualité de vie et questions de mobilité - Les solutions existent, rejoignez-nous !

Le Passage du Nord-Ouest, exploration entre Arbres et Béton

Publié le 21 Novembre 2020 par Phil Chloro

 Bonjour à tou-te-s,

Vous l'aurez compris, la deuxième vague de Covid-19 nous a empêchés de tenir notre conférence-débat sur le Plan-Vélo. Mais ce n'est que partie remise ! Lorsque les conditions seront plus propices, nous vous l'annoncerons et entre-temps, nous continuons d'accueillir de nouveaux membres à l'AERE, ce qui nous réjouit fortement.

Chemin qui longe l'Arve sous l'ouvrage de l'autoroute, entre Arthaz et la passerelle de La Menoge

Aujourd'hui, je vous propose une petite exploration parallèle à notre Plan-vélo, en téléchargement ici.

Comme les autorités envisagent différents itinéraires pour relier Reignier-Esery aux agglomérations voisines, nous suivons de près leurs réflexions. Cela sera-t-il aussi difficile que de trouver le mythique "passage du nord-ouest", finalement établi par Amundsen au nord-Canada ?

Comme bien des personnes qui voudraient faire plus de vélo nous le font remarquer, la D2 vers Étrembières n'est ni attractive, ni facile à aménager. Alors quelle solution adopter pour se rendre vers Annemasse de façon fluide et sécurisée ?

 

Longer la voie ferrée depuis Reignier (ou même La Roche) serait idéal puisque la topographie y est très homogène. Mais cette option, envisagée par certains élus, est extrêmement incertaine en raison des contraintes techniques et notamment SNCF, qui sont très strictes, sécurité oblige (les trains peuvent notamment  projeter des cailloux du ballast sur les passants).

Rejoindre Annemasse par Arthaz en zappant Étrembières a donc son intérêt pour les communes d'Arve et Salève. C'est pourquoi quelques variantes de ce trajet sont envisagées. 

Nous sommes donc allés vérifier sur place un possible itinéraire cyclable Reignier-Annemasse qui passerait par des lieux étonnants...

Après avoir quitté Reignier depuis l'Eglise, mon vélo franchit le Pont-Neuf sur l'Arve et remonte la pente (raide!) jusqu'à Arthaz et ses chemins champêtres, tranquilles et plats. Là, je passe à Pont-Notre-Dame le domaine d'"Animaux-Secours" pour plonger ensuite dans la forêt le long de l'Arve, en passant sous l'autoroute. A cet endroit, une passerelle pourrait être envisagée sous le viaduc autoroutier, qui permettrait de franchir l'Arve pour rejoindre l'ancienne gare de Mornex, puis Étrembières par un chemin forestier jusqu'à l'arrière du centre commercial Migros : c'est ce qu'on nomme le "Chemin de la Pionnière" dans notre Plan-vélo.

 

Cette hypothèse est tentante. Sous l'autoroute, le monument de béton enjambant l'Arve mugit continuellement du bruit du trafic et une passerelle suspendue entre les piliers serait certainement assez aérienne. Il y aura du gaz, comme disent les alpinistes !

Chemin qui longe l'Arve entre Arthaz et la passerelle de franchissement de La Menoge, qu'on devine au fond

Mais restons pour le moment sur la rive droite de l'Arve. Si l'on continue à la longer, on peut emprunter la passerelle, toute refaite, qui franchit La Menoge. Manque de chance, l'escalier de celle-ci n'est pas très attractif pour les vélos et les remorques et vélo-cargos en seraient totalement exclus !

Après un plongeon dans la forêt, il est actuellement envisagé de rejoindre Annemasse en longeant l'Arve, mais ce parcours s'étend sur une certaine distance et l'aménager représentera un coût.

Passerelle de La Menoge (depuis la rive gauche)
Passerelle de La Menoge (depuis la rive droite)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pourtant, une variante attractive s'offre aux regards. Pour peu qu'il soit possible un jour de traverser le terrain de l'ancien poste électrique abandonné, on rejoint facilement le chemin de Creuze (Vétraz-Monthoux), déjà goudronné et qui nous amène jusqu'à la route de Bonneville, pile à l'endroit où l'on peut soit accéder à Vétraz-Monthoux, soit prendre la toute nouvelle piste cyclable pour Annemasse, ses récentes bandes cyclables et la Voie verte vers Ambilly et Genève.

Chemin de Creuze en direction de l'Arve
A l'arrière du site, on devine le chemin de Creuze

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet itinéraire est tentant pour plusieurs raisons. D'abord, il est déjà en grande partie goudronné ; la portion encore à aménager est réduite, donc moins de frais d'aménagement et l'on s'affranchit du terrain relativement accidenté avec ses lacets boueux qui longent l'Arve vers Annemasse.

Nouvel aménagement rte de Bonneville (entrée d'agglo)
A gauche direction Annemasse, tout droit vers Vétraz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il serait assez direct en trajectoire, principalement en site propre, loin du trafic motorisé, passant même par de jolis coins avec vue sur les rivières et loin de l'impossible D1205 et ses virages à grande vitesse qui longent La Menoge.

Pour les cyclistes chevronnés ou équipés de VAE, le tracé mène assez directement vers Annemasse. En revanche, les difficultés du relief ne peuvent être niées, même si elles existent aussi pour les autres variantes passant par Arthaz et Vétraz, via le Pont de La Menoge situé entre Arthaz et Vétraz. Plusieurs détours sont encore à améliorer et l'escalier de la passerelle, équipé d'une rampe-vélo plus adaptée aux VTT qu'aux urbains, constitue un obstacle décourageant pour les pendulaires.

Les sections en forêt, pour peu qu'elles soient un jour goudronnées ou équipées d'un autre revêtement et éventuellement éclairées, restent potentiellement anxiogènes pour des usager-e-s se sentant vulnérables, surtout la nuit. Comment rassurer ces cyclistes potentiels sur une telle distance ?

Cette conception de liaison cyclable de moyenne distance s'inscrit-elle dans une logique de voie verte touristique ? Est-elle à opposer au "vivre-ensemble multimodal" accueillant le vélo AVEC les voitures, partout, toujours et y-compris sur la D2 pour Étrembières, comme on pourrait le souhaiter ?

La D2, plus directe, devrait-elle être aménagée prioritairement ? Malgré les importantes contraintes de trafic et de largeur de chaussée, cet axe demeure un lien naturel avec Annemasse et Genève, celui que les cyclistes chevronnés, toujours plus nombreux même en hiver, privilégient pour le moment, faute de mieux.

L'AERE suit le dossier et tâchera de pousser à la roue pour les meilleures solutions. 

Faite-nous part de vos impressions, contactez-nous sur vos envies de vélo !

 

Commenter cet article