Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
AERE, Association Environnement Reignier-Esery

Avec malice et esprit positif, nous agissons localement pour l'environnement: Pédibus, AMAP, autoconstruction de fours solaires, boîtes d'échanges de livres et objets, qualité de vie et questions de mobilité - Les solutions existent, rejoignez-nous !

Climat d'élections : ça chauffe à Reignier-Esery !

Publié le 28 Février 2020 par aere74930

Trois candidats sur quatre aux élections municipales de Reignier-Esery ont répondu à notre "QuestionnAère" et nous tenons ici à les remercier d'avoir participé à cette démarche démocratique qui vise à partager, avec les habitants de Reignier-Esery, les préoccupations environnementales dans notre commune[1].

Il s'agit de la Conquête du Vivant de M. Bonnaz, d'Ensemble Autrement de Mme Lejeune et de Changez d'R de M. Venturini. Mme Petex-Levet et sa liste Viv-RE et + Encore ont choisi de ne pas participer au QuestionnAère, ce que nous regrettons.


[1] 44% de français vivant dans des localités de taille moyenne ont comme priorité n°1 la préservation de l'environnement. Source: Demain mon territoire / ADEME https://www.ademe.fr/demain-territoire

L'essentiel

Ce qui ressort de l'ensemble des réponses, c'est avant tout la convergence des solutions proposées. Et si les promesses électorales se réalisent, Reignier-Esery verra une efflorescence de réalisations  écologiques ! Que ce soit en termes de mobilité, d'urbanisme ou de gestion de l'énergie, les projets présentés vont dans le sens d'une avancée positive. Comme chaque liste a la perspective de siéger au Conseil municipal – qu'elle soit majoritaire ou minoritaire – l'AERE ne peut qu'inviter tous les futurs élu-e-s à travailler ensemble pour l'optimisation des mesures prônées !

Sans étudier les programmes publiés par les candidats - ce que chacun peut faire - nous nous sommes basés uniquement sur les réponses au QuestionnAère. Dans celles-ci, c'est M. Bonnaz qui se montre le plus innovateur dans les solutions qu'il propose. Mme Lejeune est la plus précise et offre les réponses les plus complètes à nos 32 questions et M. Venturini n'est pas en reste : bien qu'il ait donné des réponses parfois succinctes, nous invitant à en découvrir le détail "lors de ses réunions publiques", on sent une forte volonté d'agir, avec des projets clairs et mûris.

"Une ville sans espaces libres est comme un cirque sans son clown"

Deux grands enjeux dans cette campagne : le cœur de ville avec son parc de la maison de retraite et le projet de contournement routier de Reignier, passant à-travers champs du rond-point de Pers-Jussy à la rue de Bersat, à proximité du château de Magny.

Panneau que l'on aimerait bien voir à Reignier

Les trois candidats participants se sont engagés à conserver le parc de la maison de retraite dans son intégralité (= surface de verdure actuellement visible), enrichi d'activités conviviales et même agrandi par certains. Cette confirmation est une excellente nouvelle ! Le bâtiment de l'ancien hôpital serait sauvegardé et le terrain de la laverie pourrait voir l'émergence d'un éco-quartier (D. Lejeune).

 

 

 

 

En ce qui concerne le contournement routier, les trois candidats se prononcent contre le projet tel qu’il est actuellement envisagé. F. Bonnaz propose d'ailleurs une voie verte qui, venant de La Roche et passant à travers le périmètre concerné, le condamnerait définitivement au profit des mobilités douces.

 

Bonnes nouvelles en pagaille

Il serait trop long de publier l'intégralité des réponses reçues et nous nous sommes engagés à une certaine confidentialité. Voici donc l'essentiel des mesures environnementales auxquelles s'engagent nos candidat-e-s et que bien des reignerand-e-s souhaitent depuis longtemps !

 

Mobilités

Les trois listes participantes se prononcent pour un plan de circulation visant à diminuer les places de stationnement dans la Grand-Rue pour les reporter vers des parkings d'entrée de ville. Elles proposent des transports publics locaux et intracommunaux reliant les hameaux (Esery, l'Eculaz, etc.) à la gare, des zones 30 km/h et même quelques zones 20 km/h, des pistes cyclables au centre et un cœur de ville sauvé !

Là et ailleurs, le mobilier urbain devrait être enrichi de bancs et d'autres éléments décoratifs ou conviviaux, qui manquent cruellement à notre commune : il n'y a qu'à comparer avec d'autres territoires pour s'en convaincre.

 

Voie verte ?

Bandes cyclables et aménagements piétonniers vont fleurir ; pas assez toutefois à notre goût, puisque quinze kilomètres ou plus ne représentent que la moitié des principales artères de la commune, qui totalisent facilement 35km[2] ! Si l'on espère diminuer notre empreinte carbone, il faut un peu plus d'ambition et quarante km représenteraient un véritable changement culturel.

Relevons que l'idée proposée par la Conquête du Vivant de réaliser une voie verte depuis La Roche jusqu'à Etrembières en passant par la gare est la plus stimulante.

[2] Eglise-gare : 1,4 km, Eglise-Esery par Yvre : 6,1 km, Eglise-Rocailles : 2,7 km, Eglise-Pont Neuf: 1,5 km, à quoi il faut rajouter les rues du Môle, de Saint-Ange, Arculinge, route de Marsinge, etc.

S'ils y arrivent, pourquoi pas nous?

 

Urbanisme et construction

Il apparaît que chacun prêtera attention aux trames verte (les corridors biologiques tels que celui du Foron), bleue (les cours d'eau et leur qualité) et noire (restriction de la pollution lumineuse) ainsi qu'à la protection de nos ressources en eau. En effet, les zones de captage ne font pas bon ménage avec les pesticides. D. Lejeune propose une aide pour l'achat de collecteurs d'eau pluviale pour les ménages, pendant que M. Venturini exigera des récupérateurs d'eau pluviale dans les nouvelles constructions collectives. M. Bonnaz, lui, sera "particulièrement attentif aux usages abusifs de l'eau". On le voit, la convergence est de mise. Ceci est excellent. On aurait bien sûr préféré qu’un engagement soit pris en plus pour favoriser l'utilisation d'eau de pluie pour les chasses d'eau, actuellement interdite par les fournisseurs d'or bleu pour des raisons qu'il serait temps de reconsidérer[3].

[3] Le potentiel d'économie est énorme. L'utilisation d'eau potable pour les toilettes est une absurdité ; l'AERE avait déjà proposé cette mesure lors d'une concertation avec le SRB (Syndicat des eaux Rocailles-Bellecombe), compétence Communauté de Communes Arve-Salève, sans résultat à ce jour.

 

Energie & ressources[4]

Tous sont d'accord pour améliorer la sobriété énergétique des bâtiments municipaux, dont certains sont "de véritables passoires" dixit O. Venturini, et D. Lejeune avance l'idée d'une centrale au biogaz pour tendre vers l'autonomie énergétique.

Le recyclage sera encouragé, notamment avec l'installation de bacs à compost dans les immeubles (M. Venturini), ou d'un compost communal à proximité du jardin collectif (M. Bonnaz).

On peut regretter toutefois que, pour certains, les formules connues telles que les "Moloks" semblent constituer l'essentiel de la solution et qu'un projet novateur ne s'attaque pas aux racines du problème[5]. Dans l'absolu, les déchets ne devraient plus être considérés comme jetables, mais plutôt comme une matière à valoriser. Aujourd'hui déjà, certaines collectivités offrent un espace d'échange à l'entrée de leur déchetterie, afin que des objets puissent être récupérés par d'autres usagers avant d'arriver dans les bennes. Un exemple à suivre ?

Par ailleurs, nos trois candidats s'engagent à créer des jardins communaux et un compost public. Ne manquez pas de leur rappeler !

[4] Moins 60 % d’énergie consommée d’ici 2050 : c’est l’objectif fixé aux collectivités alors que leur consommation a augmenté de 4 % entre 2012 et 2017 / https://www.ademe.fr/demain-territoire

[5] Voir "Futur élu, je peux..." page 22 dans https://www.ademe.fr/demain-territoire

 

 

Agriculture et alimentation

Les trois participants s'engagent fortement pour la préservation du foncier agricole et, dans le chapitre Climat et environnement, D. Lejeune stipule la mise en place d'un Conseil local du développement durable, impliquant les citoyens et experts afin d'évaluer l'impact écologique des projets communaux. Les deux autres candidats offrent des versions approchantes de cette forme de participation citoyenne.

 

Démocratie, lien social et bien vivre ensemble

Certaines questions trouvent une meilleure réponse dans un cadre intercommunal. C'est la préférence de M. Venturini pour l'amélioration de l'offre locale et bio des cantines scolaires, tandis que M. Bonnaz avance l'idée d'une cantine communale approvisionnée de manière entièrement locale et ouverte au public.

Une meilleure transparence et un renforcement des participations citoyennes semblent une évidence pour chacun, bien que la Conquête du Vivant se distingue par plus de dispositifs de démocratie participative.

 

Terminons avec une question sur la lutte contre le bruit, dont se plaignent à juste titre de nombreux habitants. Pendant que D. Lejeune prône la mise en place d'une relation de confiance avec les jeunes scooteristes (et les autres véhicules bruyants - NDLR), O. Venturini penche pour plus de fermeté sur le respect des normes. Il serait peut-être judicieux de doser subtilement les deux attitudes.

Synthèse

Sur le chapitre de la mobilité, c'est Ensemble Autrement (D. Lejeune) qui récolte le plus de points. Pour les questions d'urbanisme et de construction, ce sont Changez d'R (O. Venturini) et Ensemble Autrement. Quant au chapitre des Energies et ressources, c'est la Conquête du Vivant (F. Bonnaz) qui se distingue, pendant qu'Ensemble Autrement se démarque sur la démocratie-lien social-bien vivre ensemble.

Au Châble, on a réussi à requalifier le centre.

 

Un démarche contestée

Quelques réserves furent émises quant à ce QuestionnAère. C'est principalement l'idée d'établir un "palmarès" qui dérangeait un des candidats et nous en avons tenu compte en mettant en avant les résultats qualitatifs, sans nous focaliser sur un classement par points.

La plupart des questions étaient semi-ouvertes, avec des cases oui/non suivies de la possibilité de développer, mais quelques questions "fermées" ont suscité des réactions de frustration devant l'absence de commentaires possibles. Répondons à cela que ces éléments font partie d'un ensemble, évalué par un jury sincère qui tend vers la plus grande objectivité. Aucun questionnaire n'est parfait. Nous reconnaissons que les trente-deux points de celui-ci n'étaient pas faciles à traiter, tant les enjeux sont complexes et interconnectés. De tels sondages sont toutefois courants dans la vie démocratique.

Pour élaborer ce questionnaire, l’AERE s'est inspirée de celui proposé par Pacte pour la Transition[6] qui, à l’occasion des élections municipales de 2020, a proposé une série d’outils à destination non seulement des candidats mais également des associations engagées en faveur de l’Environnement. Au vu des enjeux en matière de pollution que nous connaissons dans la région, la démarche environnementale de l’AERE s’est imposée comme une évidence pour éclairer le choix des électeurs.

Faut-il encore rappeler l'urgence de la situation, à l'heure où mille scientifiques publient une pétition réclamant des mesures radicales, appelant même à la désobéissance civile non-violente comme un devoir civique ?


[6] Questionnaire Pacte pour la transition

Rappelons que les réponses au QuestionnAère ont été évaluées selon une notation de -2 (pas du tout d'accord) à +2 (tout à fait d'accord) en passant par -1, 0 et +1. Le dépouillement s'est déroulé en présence de témoins non-membres de l'AERE, selon un protocole pré-établi et envoyé aux participants.

 

Créativité

De notre côté, on aurait souhaité plus de créativité de la part des candidats : nous n'avons pas trouvé de proposition sur une évaluation des énergies grises. Pas de mention du réseau Air74/Inspire qui lutte pour toute la vallée de l'Arve, ni-même de la quarantaine de "Points noirs" de l'AERE, obstacles aux mobilités douces toujours pas résolus... Absence de vues également sur l'économie circulaire et point de plan d'urgence-solidarité pour les canicules ou les tempêtes à venir. Peut-être ne sera-t-il pas trop tard pour bien faire à l'avenir ?

 

 

En conclusion, l'AERE ne peut qu'inviter les futurs élu-e-s à travailler ensemble pour une mise en place, au plus vite, de toutes les mesures prônées. Les trois candidat-e-s et leurs colistiers sont engagés par notre QuestionnAère, qui devient dès lors un outil de suivi.

En relais de démocratie, l'AERE veillera à ce qu'il ne soit pas oublié et nous nous réjouissons de coopérer avec la nouvelle Municipalité pour certains projets, dans un esprit de transparence renouvelée. Loin des frictions qui marquèrent les précédents mandats et que nous espérons tous pouvoir oublier. 

En remerciant encore La Conquête du Vivant, Ensemble Autrement et Changez d'R d'avoir joué le jeu du QuestionnAère, nous souhaitons aux candidats et à tous les reignerand-e-s un maximum de dynamisme démocratique et d'ambition environnementale, car c'est aujourd'hui ce qui est requis, par respect pour la Vie.

 

N'OUBLIEZ SURTOUT PAS D'ALLER VOTER aux élections municipales des 15 et 22 mars.

 

C'EST VOTRE GOUTTE D'EAU DANS L’OCÉAN, NE LA GASPILLEZ PAS !

 

Commenter cet article
R
Bonjour,<br /> Il est dommage que les résultats ne soient pas public ! Peut être pour les prochaines élections avec l'accord des candidats.<br /> Concernant Mme Petex Levet étant une politicienne professionnelle, il n'est pas étonnant qu'elle n'est pas répondu.
Répondre
A
Bonjour Romain,<br /> Merci de votre retour.<br /> Il aurait été extrêmement délicat de publier les réponses des candidats : mais nous nous étions posé la question en amont.<br /> Sans chercher à mettre en difficulté les candidats, nos objectifs étaient de :<br /> - les challenger et de les amener à réfléchir à des sujets qui nous sont chers,<br /> - proposer une grille de lecture aux électeurs sur ces mêmes sujets,<br /> - constituer un outil de suivi pour l'AERE qui ne manquera pas d'interpeller la future équipe municipale en lui rappelant les engagements pris dans ce questionnaire.<br /> L'exercice n'a pas été simple et les candidats se sont montrés parfois réticents : nous les avons écoutés et avons pris en compte leurs craintes dans la manière de restituer les résultats, sans nous écarter de nos objectifs.<br /> Quand au choix de l'équipe de Mme Petex-Levet de ne pas participer, nous ne pouvons que le regretter mais nous respectons ce choix.<br /> Si les activités de l'AERE vous intéressent, n'hésitez pas à nous contacter !<br /> Très bonne continuation.
J
Bonjour et un grand merci pour ce retour de questionnaire ! L'analyse est aussi poussée que les questions proposées.<br /> Une remarque toutefois : à Reignier-Esery nous parlons de restaurants scolaires et non de cantines. Restautants qui s'appuient à la fois sur une offre qualitative et sur un projet pédagogique fondé sur le vivre ensemble, le bien manger et la lutte contre le gaspillage alimentaire.<br /> La notion d'approvisionnement local me questionne. Qu'entendez-- vous par "local" ? Et les candidats ? Aujourd'hui l'approvisionnement de nos restaurants se fait pour plus de 70% en local, c'est à dire à moins de 80km ! Le bio représente quant à lui plus de 60%, bien plus que ce que prevoit la loi Egalim.<br /> On peut toujours faire mieux, faire plus, faire autrement. Mais là le curseur est déjà bien élevé dans nos restaurants scolaires.<br /> Merci de votre attention.<br /> Bien cordialement.
Répondre
A
Bonjour Monsieur Berthelot,<br /> Nous vous remercions de votre message et de l'attention portée à notre démarche.<br /> Vous avez raison de souligner que les restaurants scolaires [et non les cantines :-) ] proposent déjà aujourd'hui des repas de qualité à nos chérubins. A l'époque du renouvellement du marché public, l'AERE avait d'ailleurs œuvré pour qu'un prestataire qualitatif soit retenu par la Mairie : et le résultat est là !<br /> La question qui a été posée aux candidats concernait plutôt le collège et le lycée, même s'il s'agit de compétences départementale et régionale : en effet, rien n'empêche les élus communaux de pousser leurs partenaires du Département et de la Région à se tourner vers une restauration le plus possible bio, locale et de saison. C’est en ce sens qu’on a formulé la question.<br /> Si vous avez d’autres questions ou remarques, n’hésitez pas à nous interpeler à nouveau et à venir nous rencontrer pour discuter plus largement de ce sujet et d’autres encore.<br /> L’AERE vous souhaite une très bonne continuation.